A table avec Camilla Läckberg

  Les présentations expédiées, ils commandèrent chacun une soupe […]. « On a de la chance. C’est Le Hareng qui est aux fourneaux cette semaine.  » Elle vit que Martin ne comprenait pas ce qu’elle voulait dire.  » Christian Hellberg, Cuisinier de l’année en 2001. Il est d’ici, Fjällbacka. Tu verras quand tu auras goûté sa soupe. Elle est divine. […] » La soupe arriva et, après … Continuer de lire A table avec Camilla Läckberg

« Les droits de l’homme sont universels et indivisibles » Václav Havel

C’est au tout début du quartier de la Roberstau, juste en face du terminal de tramway Boecklin, que se situe le Lieu d’Europe. Ce petit musée niché dans un beau jardin est doté d’une exposition permanente sur les Institutions Européennes. Ce mois d’octobre c’est  Václav Havel qui est à l’honneur car on célèbre le 80ème anniversaire  de sa naissance. Il s’est fait connaître à partir … Continuer de lire « Les droits de l’homme sont universels et indivisibles » Václav Havel

« Voici donc, cher lecteur, quatre-vingt-huit poèmes, que je veux que tu aimes, que j’ai appris par coeur »

Comme beaucoup de monde j’ai été  marquée en 2010 par Indignez-vous ! J’avoue que je ne connaissais alors pas très bien son auteur Stéphane Hessel, comme beaucoup de monde aussi peut-être. Je me suis bien sûr attachée à mieux comprendre son parcours, mais la lecture de Ô ma mémoire : la poésie, ma nécessité (édité en 2006) m’a fait entrevoir le personnage ‘’historique’ de façon beaucoup plus sensible. 88 … Continuer de lire « Voici donc, cher lecteur, quatre-vingt-huit poèmes, que je veux que tu aimes, que j’ai appris par coeur »

Le rapport de Brodeck – le final : une expérience de lecture viscérale

Ce second tome de l’adaptation du roman éponyme de Philippe Claudel par Manu Larcenet parvient une nouvelle fois à nous surprendre. On pensait avoir tout lu ou, du moins, tout vu dans le premier tome ou dans le reste de son œuvre (je vous en avait parlé ici). C’est sans compter sur l’énorme talent de ce raconteur hors-pair. La suggestion de la peur et du malaise … Continuer de lire Le rapport de Brodeck – le final : une expérience de lecture viscérale

Cervantès & Shakespeare ne prennent pas la poussière

A l’occasion de l’anniversaire des 400 ans de la disparition de Cervantès et de Shakespeare et à quelques jours d’une table ronde internationale à la Médiathèque André Malraux, voici de quoi convaincre que ces deux géants sont restés d’une étonnante actualité ! Continuer de lire Cervantès & Shakespeare ne prennent pas la poussière

Guerre d’Espagne, Galice, polar : Marianne, les livres et l’Espagne

marianne 2

Autrefois documentaliste à Metz, Marianne vit en Espagne depuis 25 ans, et elle nous parle de littérature galicienne et de la guerre civile dans les romans et les BD espagnols d’aujourd’hui.

Marianne, peux-tu te présenter ?

J’habite en Espagne depuis maintenant 25 ans ! Je suis arrivée  en Galice, région qui se situe à l’ouest de la Péninsule ibérique, juste au nord du Portugal, pour occuper un poste de lectrice de français à l’École Normale d’Ourense.

galiceJ’ai enseigné ensuite le français à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de Vigo. Puis j’ai réussi le concours d’instituteurs et  découvert une nouvelle  passion : enseigner à des enfants de 6 à 12 ans. Les débuts n’ont pas été faciles surtout en ce qui concerne la langue car ici en Galice, les gens parlent deux langues officielles, le l’espagnol et le galicien. Ma première difficulté a été d’apprendre cette langue et surtout de la pratiquer quotidiennement dans mon école.

J’alterne mes lectures en français, en espagnol et en galicien. J’aime découvrir de nouveaux auteurs surtout ceux de Galice. Quelques-uns sont traduits en français depuis longtemps comme Gonzalo Torrente Ballester (La saga/fuga de J.B.), 9782868696489 Camilo José Cela, prix Nobel de littérature en 1989 (La ruche, La famille de Pascual Duarte).cela

La littérature galicienne actuelle est très riche mais malheureusement peu connue au-delà des frontières car peu traduite contrairement aux auteurs catalans comme Carlos Ruiz Zafón, Manuel Vázquez Montalbán ou encore Eduardo Mendoza.

En langue castillane, mes préférences vont aux auteurs qui retracent l’histoire de la guerre civile, thème qui intéresse une génération d’auteurs de plus en plus nombreux, parmi eux :  Almudena Grandes, Víctor del Árbol et Dulce Chacón.

Continuer de lire « Guerre d’Espagne, Galice, polar : Marianne, les livres et l’Espagne »

L’été où j’ai appris le français #7 : Amine

Amine a bien l’intention de lire un jour Albert Camus, né et encore bien vivant à Annaba à l’Est de son pays, l’Algérie. En attendant il a d’autres lectures, en français et en arabe, l’une d’elles à d’ailleurs bouleversé sa vision du Sahara. Après nous avoir plongés dans des horizons très divers, voilà notre série de l’été qui s’achève sur un paysage de dunes…   Continuer de lire L’été où j’ai appris le français #7 : Amine

L’été où j’ai appris le français #6 : Olga

Avec Olia – oui c’est avec son diminutif qu’elle préfère qu’on l’appelle -, on redécouvre nos classiques  ! Les grands classiques russes tout d’abord, puisque c’est de Russie qu’elle vient. D’autres aussi, en particulier d’un auteur anglais qui est né en France et qui a été un de nos coups de cœur de l’été… vous suivez ? En tout cas si Olga pouvait apprendre toutes … Continuer de lire L’été où j’ai appris le français #6 : Olga

L’été où j’ai appris le français #5 : Valeria

Valeria avait déjà traversé l’Atlantique pour venir améliorer son français, mais à l’autre bout de la France, pas si loin des paysages maritimes du roman qui l’a tant marquée. Auteurs latino américains incontournables vs vague fantasy ? Elle nous rappelle combien la littérature aussi est mondialisée. Quel été au bord des docks !   Continuer de lire L’été où j’ai appris le français #5 : Valeria

L’été où j’ai appris le français #4 : Nicole

Venue d’Haïti, Nicole nous conseille des auteurs de son pays – vous connaissez sûrement le plus célèbre, celui dont les titres semblent déjà tout un roman ! – et des auteures bien sûr, car elle s’intéresse de près à la question féminine. Peut-être aura-t-elle eu le temps de faire une petite visite à la médiathèque Olympe de Gouges dont le nom lui a fait si plaisir !   … Continuer de lire L’été où j’ai appris le français #4 : Nicole