Guerre d’Espagne, Galice, polar : Marianne, les livres et l’Espagne

marianne 2

Autrefois documentaliste à Metz, Marianne vit en Espagne depuis 25 ans, et elle nous parle de littérature galicienne et de la guerre civile dans les romans et les BD espagnols d’aujourd’hui.

Marianne, peux-tu te présenter ?

J’habite en Espagne depuis maintenant 25 ans ! Je suis arrivée  en Galice, région qui se situe à l’ouest de la Péninsule ibérique, juste au nord du Portugal, pour occuper un poste de lectrice de français à l’École Normale d’Ourense.

galiceJ’ai enseigné ensuite le français à la Faculté de Traduction et d’Interprétation de Vigo. Puis j’ai réussi le concours d’instituteurs et  découvert une nouvelle  passion : enseigner à des enfants de 6 à 12 ans. Les débuts n’ont pas été faciles surtout en ce qui concerne la langue car ici en Galice, les gens parlent deux langues officielles, le l’espagnol et le galicien. Ma première difficulté a été d’apprendre cette langue et surtout de la pratiquer quotidiennement dans mon école.

J’alterne mes lectures en français, en espagnol et en galicien. J’aime découvrir de nouveaux auteurs surtout ceux de Galice. Quelques-uns sont traduits en français depuis longtemps comme Gonzalo Torrente Ballester (La saga/fuga de J.B.), 9782868696489 Camilo José Cela, prix Nobel de littérature en 1989 (La ruche, La famille de Pascual Duarte).cela

La littérature galicienne actuelle est très riche mais malheureusement peu connue au-delà des frontières car peu traduite contrairement aux auteurs catalans comme Carlos Ruiz Zafón, Manuel Vázquez Montalbán ou encore Eduardo Mendoza.

En langue castillane, mes préférences vont aux auteurs qui retracent l’histoire de la guerre civile, thème qui intéresse une génération d’auteurs de plus en plus nombreux, parmi eux :  Almudena Grandes, Víctor del Árbol et Dulce Chacón.

Continuer de lire « Guerre d’Espagne, Galice, polar : Marianne, les livres et l’Espagne »

De Bruxelles, Brussel, Brüssel, Brüsel, capitale de l‘Europe

affiche
« Chantal, bibliothécaire à Bruxelles et européenne à plus d’un titre nous donne un bon goût de la Belgique en réponse à une interpellation que nous lui avions faite sur la littérature belge  » 

Click here to read a summary


Chanta_Stanescu3« Comme c’est étrange d’avoir à vous répondre sur la littérature « belge » dont selon vous « les Français diraient qu’elle est surréaliste, bien sûr, et plus largement pétrie d’humour ; bilingue (et donc nourrie de 2 cultures) ; marquée sans doute par ses relations avec l’Afrique et ses colonies ».

Il faut récuser chacun des termes pris dans l’absolu et pour chacun fournir de longues explications qui commenceraient par « oui, mais non… »  pour parler de la littérature belge contemporaine.

Le surréalisme appartient à l’histoire de la littérature et dans sa partie belge à un passé qui ne produit plus que de rares rejetons.

Elle s’écrit en français ou en flamand : je ne connais pas d’auteur qui pratique l’une ET l’autre mais beaucoup ont des racines familiales des deux côtés de la frontière.

Et que dire du cas de Bruxelles (Région de Bruxelles-Capitale) qui n’est ni l’une, ni l’autre : plantée en Flandre, 80% de sa population est « francophone ». C’est une « région » de régime bilingue, c’est-à-dire qu’à tous les niveaux de pouvoir il y a une représentation des Flamands et des Francophones : un conseil communal est composé d’échevins qui appartiennent par exemple soit au sp.a (Socialistische Partij Anders – le parti socialiste flamand), soit au PS – le Parti socialiste (francophone) et que l’un peut se trouver dans l’opposition et l’autre dans la majorité.

Ça, c’est le bilinguisme politique bien différent de celui pratiqué ou pas par la population locale, dont les « appartenances » linguistiques sont souvent un peu plus complexes. Continuer de lire « De Bruxelles, Brussel, Brüssel, Brüsel, capitale de l‘Europe »

Julia aux Pays-Bas

Je suis française et vis depuis 3 ans aux Pays-Bas. En arrivant dans ce pays, j’ai naturellement voulu en apprendre la langue. En plus des cours de néerlandais que j’ai suivi, j’ai essayé de lire régulièrement des romans en néerlandais. Click here to read Julia in English J’ai commencé par des romans policiers, car la langue étant malgré tout un frein, je voulais des histoires … Continuer de lire Julia aux Pays-Bas

Malgorzata à Varsovie : humanité et émotion

Malgorzata 002Malgorzata est polonaise, elle est bibliothécaire à Varsovie… et  lit beaucoup !

(Click here to read Malgorzata in English)

« Il y a vraiment beaucoup d’auteurs polonais contemporains que j’apprécie. Joanna Bator en fait partie. Qu’y a-t-il de si particulier chez elle ? Elle a publié six livres et chacun d’eux est différent. Parmi eux on trouve des essais fascinants sur le Japon et des romans intéressants, comme un roman autobiographique, un roman policier ou une saga. Joanna Bator est créative et imprévisible. J’aime son style littéraire et son imagination, sa langue flexible – sophistiquée et poétique ou familière quand il le faut. “Piaskowa Gora” est mon livre préféré.
[traduit en français par Caroline Raszka-Dewez sous le titre Le Mont-de-sable, chez Noir sur blanc, 2014]

Continuer de lire « Malgorzata à Varsovie : humanité et émotion »