derviche

Ce que sont pour moi les jeunes écrivains turcs: de fabuleux Turkish Turner

Oui, je l’avoue; associer les derviches tourneur et le peintre impressionniste Turner pour titrer un article sur la littérature turque contemporaine, c’est osé ; mais ce sont les premiers mots qui me sont venus pour qualifier ce que nous donnent à voir aujourd’hui les auteurs turcs traduits en France: de la couleur et du mouvement.

« Nos chansons tirent tantôt vers le bleu tantôt vers le noir d’encre. »
Hasan Hüseyin-

20 ans en arrière

sur-les-rives-du-soleilDans l’anthologie de nouvelles turques contemporaines  « Ecrivains de Turquie – Sur les rives du soleil »  publiée aux éditions Galaade et s’arrêtant aux années 2000,  il est question des écrivains de la jeune génération underground.

La littérature turque y est décrite comme « multiple, complexe et irréductible  avec une écriture singulière qui participe d’une littérature ni européenne ni asiatique, ou les deux à la fois », un rien schizophrène donc. Le ton est donné. 20 ans après qu’en est-il?

Nouvelles et poésie en écho à un passé ottoman; un genre revu et corrigé par les auteurs du XXe

hikmet-portraitikmetkemal

 

kemal-portrait

 

Bien sûr, la filiation au poète Nâzim Hikmet ou au romancier Yasar Kemal est évidente notamment lorsque l’écriture se montre engagée et rompt avec les règles du passé:
vers libres, réalisme social mais aussi  couleur poétique des anciens.

Allier le  politique et  le poétique

Les textes des grandes voix de la littérature turque contemporaine comgurselme  Nedim Gürsel et Orhan Pamuk (prix Nobel de littérature 2006) en sont l’exemple le plus significatif en introduisant des problématiques contemporaines intimes plus sombres  en regard d’une tradition de genre sentimental ou historique. Ecrire pour voir à travers les yeux de l’autre

Leupamukr écriture est marquée de théâtralité, et les personnages convoqués peuvent être des poètes comme Ka, héros du roman  Neige  d’Orhan Pamuk.

La position de l’écrivain n’est pas de prendre partie ni d’apporter des solutions mais d’écrire sur les souffrances  humaines

précise ce dernier interviewé récemment par Waddah Saab  à l’occasion de l’adaptation de son roman au TNS (Théâtre National de Strasbourg).

 

Etre dans le monde et se montrer au monde: la littérature turque s’exporte et se fait entendre en Europe

Une génération ancrée dans le monde contemporain qui se fait l’écho des changements que connait la société turque et qui ne cesse de s’émanciper. Conséquence directe: les sujets abordés sont tous sauf consensuels.

Ces écrivains appartiennent à une mosaïque culturelle de par leur ethnie, les thèmes abordés ou leur parcours personnel. Leurs récits sont teintés, pour beaucoup d’entre eux, de l’expérience de l’exil, de multiples voyages ou d’une double identité turco-européenne. Leur écriture,  plus percutante. Ecrire pour comprendre.

 

Hakgundayan Günday (Rhodes- Bruxelles – Istanbul) considéré comme l’enfant terrible de la littérature turque dissèque les questionnements de notre temps et ses effets sur l’humain : trafic de clandestins danyigits « Encore »,  identité de la Turquie et ses relations aux autres pays, histoires dans la grande Histoire comme dans son roman « Ziyan » où il mêle son vécu à une réflexion sur le juste rapport à l’Etat et les militaires. Tout ça sur un rythme bien trempé  et une noirceur appuyée.

Yigit Bener (Bruxelles- Paris- Ankara), romancier critique littéraire interprète-traducteur et…dissident; les thèmes qu’il aborde  sont tous inspirés de la réalité d’aujourd’hui: traumatisme  du retour de l’exil, consumérisme, catastrophes naturelles ou conflits éthiques.

Des voix féminines éprises de liberté et d’indépendance, des textes engagés qui choquent, entre autofictions et romans sociologiques

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Toutes,  journalistes avant tout,  diplômées des universités turques ou européennes , parfois en exil ou condamnées, elles ont le verbe haut et ont un seul leitmotiv : écrire pour dire

Je suis un écrivain, ma raison d’être est de raconter » -Asli Erdogan

Asli Erdogan, (Istanbul) écrivaine récemment libérée après 4 mois de détention pour avoir écrit des chroniques  dans un journal  pro kurde. Vient de paraitre aux éditions Actes Sud  « Le Silence même n’est plus à toi » en écho au précédent récit « Le bâtiment de pierre » défendant les libertés individuelles fondamentales.

Pinar Selek, sociologue et romancière, actuellement condamnée à perpétuité a publié un récit autobiographique « La maison de papier »où il est question de l’émancipation des femmes turques.

Il en va de même avec Sevgi Soysal dans un roman « Tante Rosa » où l’on découvre l’héroïne principale en prise directe avec la condition féminine.

Elif Şafak, née à Strasbourg ,  questionne dans ses essais et ses romans la maternité, la conscience de soi, la place de la famille, les religions. C’est une des auteures les plus populaires de Turquie

Ece Temelkuran qui fait des ponts avec les révolutions arabes et évoque les questions kurdes et arméniennes dans un road movie ébouriffant « A quoi bon la révolution si je ne peux danser »

Oya Baydar, militante de la première heure qui dans ses romans  mêle une conscience historique et des destins individuels particuliers  dans son roman « Et ne reste que des cendres »

Mine Kirikkanat, journaliste et romancière, agite quant à elle la liberté de conscience quand elle n’écrit pas des thrillers de politique fiction mettant en scène les tensions qui agitent les grandes puissances avec son pays; elle a été récompensée trois fois du prix de la journaliste la plus courageuse de Turquie.

Ciler Ilhan, Prix de l’Union européenne pour la littérature 2011 avec l’Exil, récit bouleversant qui donne voix aux victimes de l’injustice et du déplacement.

De nouveaux genres explorés: le polar sous fond de satire sociale et le roman intime 

Résultat du nouvel intérêt que les éditeurs européens portent aux écrivains turcs depuis 20 ans: moins de nouvelles et de poésies, genres traditionnels par excellence, plus de variété dans les romans avec l’émergence du polar social.

Ainsi en est-il de l’écrivain Alper Canigüz qui s’adonne au genre avec bonheur et facétie  avec  sa trilogie mettant scène le plus jeune des détectives Alper Kamu, 5 ans!

Citons également un des pionniers du roman policier turc contemporain traduit , Mehmet Murat Somer, représentant majeur de la littérature gay avec Burcak, son héros récurrent, un enquêteur travesti.

Enfin, dans la veine des nouveaux romans intimistes, l’écrivain Tuna Kiremitci Eskişehir met en scène liens et blessures intimes (amour, exil…)  et manie avec finesse l’ironie romantique.

Et maintenant qu’en est il de cette la liberté de ton ?

La littérature turque vit sous le joug de la censure depuis des décennies ( cf les écrits de Nâzim Hikmet interdits de publications pendant des années en Turquie). Mais cette littérature, traduite en France ou en Europe et passée au prisme de nos valeurs n’est pas représentative de tous les romans publiés aujourd’hui en Turquie. Mais parce qu’elle nous interroge, elle mérite le détour.

Restons optimiste et voyons ce qu’en pense Hakan Günday, dans son dernier roman « Topaz » récompensé par le prix Médicis étranger 2015

 » La Turquie, c’est comme le jazz. Vous ne pouvez pas, prédire ce que la note suivante. Voila pourquoi vous allez continuer à l’écouter »

De la musique toujours et de l’imprévisible donc!

Et pour aller plus loin:

  • Citons les éditeurs français qui rendent plus visibles la littérature turque: les éditions Galaade, Bleu Autour, Mirobole ou la collection Lettres turques chez Actes Sud dirigée par Timur Muhiddin traducteur de Nedim Gürsel, poète, traducteur essayiste, romancier et éditeur, l’une des figures centrales de la littérature et la vie culturelle turque depuis les années 1980
  •  La pièce de théâtre « Neige »  adaptée du roman éponyme d’Orhan Pamuk par Waddah Saab et Blandine Savetier (TNS de Strasbourg du 1 au 16 févier 2016)
  • une émission en podcast sur la place de la littérature turque aujourd’hui
  • https://www.franceculture.fr/emissions/tout-un-monde/lettres-turques-l-etre-turc-quelle-place-tient-la-litterature-dans-la
  • Une sélection de romans  turcs contemporains  : Tunç Ayfer, Pala Iskender, Arkan Hüsnü… pour découvrir des auteurs turcs contemporains  en V.O (Médiatheque A.Malraux et  Hautepierre, Strasbourg )

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s