« Voici donc, cher lecteur, quatre-vingt-huit poèmes, que je veux que tu aimes, que j’ai appris par coeur »

Comme beaucoup de monde j’ai été  marquée en 2010 par Indignez-vous ! J’avoue que je ne connaissais alors pas très bien son auteur Stéphane Hessel, comme beaucoup de monde aussi peut-être. Je me suis bien sûr attachée à mieux comprendre son parcours, mais la lecture de Ô ma mémoire : la poésie, ma nécessité (édité en 2006) m’a fait entrevoir le personnage ‘’historique’ de façon beaucoup plus sensible. 88 poèmes qui jalonnent une vie, sur laquelle Hessel se retourne avec apaisement, en les commentant dans une première partie. Puis les voilà qui se succèdent, nous sommes invités à y goûter.

extrait-hessel

Poème n° 17, de Goethe :

Ein Gleiches

Über allen Gipfeln
Ist Ruh,
In allen Wipfeln
Spürest Du
Kaum einen Hauch ;
Die Vögelein schweigen im Walde.
Wachte nur, balde
Ruhest Du auch

 

Un autre, pareil

Sur toutes les cimes,
Plus rien ne bouge,
Aux sommets des arbres,
Tu perçois à peine
Un souffle d’air.
Dans la forêt les oiseaux se sont tus.
Attends, bientôt,
Tu reposeras à ton tour.

 

97827578236440-1202407

Publicités

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s